Early menopause and risk of cardiovascular disease

Early menopause and risk of cardiovascular disease

Menopause age…s

The age of menopause usually occurs between 45 and 55 years old.

However, it can also occur in women under 45, we then speak of « early menopause ». When this early menopause occurs in women under 40, it is called « premature ovarian insufficiency ».

Early menopause has immediate visible consequences, especially for women wishing to give birth.
But there are also some medium and long term consequences. In particular, several studies have shown that early menopause increases the risk of cardiovascular disease.

One in ten women

Early menopause can be natural or the result of medical treatment (surgery (ovaries, uterus), chemotherapy, radiotherapy).
In women under 40 years of age, in the first case, we will speak of primary premature ovarian insufficiency, and in the second case of secondary premature ovarian insufficiency.

The global prevalence of cases of primary premature ovarian insufficiency was estimated at 3.7% by a study published in 20191. This prevalence varies depending on geography.
In Europe, studies generally estimate that primary premature ovarian insufficiency affects between 1% and 2% of women under the age of 402.

But natural early menopause as a whole affects more than 10% of women1 !

And, the earlier the menopause, the greater the risk of cardiovascular disease.

Significant increase in risk of cardiovascular disease

The link between early menopause and increased risks of cardiovascular disease has been established for many years through multiple studies.

A 1996 study thus estimated that each year of “delay” for the onset of menopause corresponds to a 2% reduction in the risk of mortality following a cardiovascular disease / cardiovascular incident3.

In 2019, an analysis of 301,438 women concluded that women entering menopause between the ages of 40 and 44 were on average 30% more likely of suffering from cardiovascular diseases than women who enter menopause around age 50 (between 22% and 39% more, with a 95% confidence interval); as for women who entered menopause before the age of 40, they are on average 55% more likely of suffering from a cardiovascular disease (between 38% and 73% more, with a confidence interval of 95%)4.

And most recently, in May 2021, a study involving more than 10,000 women presented at a virtual conference organized by the American Heart Association added another brick to this wall of studies, finding that women who entered menopause before 40 had a 40 % higher risk of suffering from cardiovascular disease.

Number one cause of death

Cardiovascular disease is the leading cause of death worldwide5.
They are acknowledged as one of the major health risks associated with menopause.

All postmenopausal women are potentially at risk.
But for women with premature ovarian insufficiency, the risks are multiplied and require a thorough medical diagnosis and close medical monitoring.

But for all postmenopausal women, adapting our lifestyle, with goals such as trying to lower blood pressure and cholesterol, plays a key role at this stage of our life.
This means adapting the way we eat, but also adopting a (maybe) new habit of exercising on a regular basis ; the practice of a regular moderate physical activity offers benefits essential for the menopausal woman, and that go well beyond the positive impact at the cardiovascular level.

Are you interested in the experiences of women at different stages of their menopause? Would you like a reminder of the physiology of menopause and the main symptoms? Download our free ebook, Menopause Story(ies).

1: source Golezar S, Ramezani Tehrani F, Khazaei S, Ebadi A, Keshavarz Z. The global prevalence of primary ovarian insufficiency and early menopause: a meta-analysis, 2019, doi:10.1080/13697137.2019.1574738.
2: source H. Letur, B. Martin-Pont, P. Fénichel, Spontaneous pregnancies and premature menopause, 2004, https://doi.org/10.1016/j.gyobfe.2004.07.004.
3: source Age at menopause as a risk factor for cardiovascular mortality, 1996
4: Zhu D, Chung HF, Dobson AJ, et al. Age at natural menopause and risk of incident cardiovascular disease: a pooled analysis of individual patient data. 2019; doi:10.1016/S2468-2667(19)30155-0
5: source WHO

Ménopause précoce et risques cardiovasculaires

Ménopause précoce et risques cardiovasculaires

Les âges de la ménopause

L’âge de la ménopause survient généralement entre 45 et 55 ans.

Néanmoins, elle peut également survenir chez les femmes de moins de 45 ans, on parle alors de « ménopause précoce » .
Lorsque cette ménopause précoce survient chez les femmes de moins de 40 ans, on parle d’ « insuffisance ovarienne prématurée ».

La ménopause précoce a des conséquences visibles immédiates, notamment chez les femmes souhaitant avoir un enfant.
Mais il existe également des conséquences à moyen et long terme. En particulier, plusieurs études ont montré qu’une ménopause précoce augmentait les risques de maladies cardiovasculaires chez la femme concernée.

Une femme sur dix impactée

La ménopause précoce peut être naturelle ou la conséquence d’un traitement médical (intervention chirurgicale (ovaires, utérus), chimiothérapie, radiothérapie).
Chez la femme de moins de 40 ans on parlera dans le premier cas d’insuffisance ovarienne prématurée primaire, et dans le second cas d’insuffisance ovarienne prématurée secondaire.

La prévalence des cas d’insuffisance ovarienne prématurée primaire a été estimée à globalement 3,7% par une étude publiée en 20191. Elle varie en fonction des géographies.
En Europe les études estiment généralement que l’insuffisance ovarienne prématurée primaire concerne entre 1% et 2% des femmes de moins de 40 ans2.

Mais la ménopause précoce naturelle dans son ensemble concerne elle plus de 10% des femmes1 !

Or plus la ménopause est précoce, plus les risques de maladie cardiovasculaire augmentent.

Augmentation significative des risques cardiovasculaires

Le lien entre ménopause précoce et augmentation des risques cardiovasculaires a été établi depuis de nombreuses années via de multiples études.

Une étude de 1996 estimait ainsi que chaque année de « retard » pour le déclenchement de la ménopause correspond à une diminution de 2% du risque de mortalité suite à une maladie / un incident cardiovasculaire3.

En 2019, une analyse portant sur 301 438 femmes concluait que les femmes entrant en ménopause entre 40 et 44 ans avaient en moyenne 30% plus de risques (entre 22% et 39% avec un intervalle de confiance de 95%) de souffrir de maladies cardiovasculaires que les femmes entrant en ménopause autour de 50 ans ; 55% de plus en moyenne ( entre 38% et 73% avec un intervalle de confiance de 95%) pour les femmes entrées en ménopause avant 40 ans4.

Et tout récemment, en mai 2021, une étude portant sur plus de 10 000 femmes présentée lors d’une conférence virtuelle organisée par l’American Heart Association venait confirmer cet état de fait, trouvant que les femmes entrées en ménopause avant 40 ans avaient 40% plus risques de souffrir de maladies cardiovasculaires.

Première cause de mortalité dans le monde

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité à travers le monde5.
Elles sont reconnues comme l’un des risques majeurs pour la santé associés à la ménopause.

Toutes les femmes ménopausées sont concernées.
Mais pour les femmes en insuffisance ovarienne prématurée, les risques sont démultipliés et demandent un diagnostic médical poussé et un suivi médical rapproché.

Et pour toutes, adapter son style de vie, pour essayer notamment de diminuer la pression artérielle et le cholestérol, joue un rôle clé à cette étape de notre vie.
Cela passe au niveau de l’alimentation, mais aussi au niveau de la pratique d’une activité physique modérée régulière (dont les bénéfices, essentiels pour la femme ménopausée, vont bien au-delà de l’impact positif au niveau cardio-vasculaire).

Vous êtes intéressée par l’expérience vécue par des femmes à des stades différents de leur ménopause? Souhaitez un rappel de la physiologie de la ménopause et des principaux symptômes ? Téléchargez notre ebook gratuit, Histoire(s) de ménopause.

1: source Golezar S, Ramezani Tehrani F, Khazaei S, Ebadi A, Keshavarz Z. The global prevalence of primary ovarian insufficiency and early menopause: a meta-analysis, 2019, doi:10.1080/13697137.2019.1574738.
2: source H. Letur, B. Martin-Pont, P. Fénichel, Grossesses spontanées et ménopause précoce, 2004, https://doi.org/10.1016/j.gyobfe.2004.07.004.
3: source Age at menopause as a risk factor for cardiovascular mortality, 1996
4: Zhu D, Chung HF, Dobson AJ, et al. Age at natural menopause and risk of incident cardiovascular disease: a pooled analysis of individual patient data. 2019; doi:10.1016/S2468-2667(19)30155-0
5: source OMS

Menopause and metabolism

Menopause and metabolism

Menopause and weight gain

Weight gain is a recurring issue when listening to most postmenopausal women, but also to those going through the peri-menopause..

As we documented in a previous post « some studies speak of an increase of 0.5 kg per year » in terms of the impact of menopause on weight gain. However, there is debate on the real role that hormonal changes linked to menopause play in the weight gain observed1. On the other hand, there is unanimity on the role of « metabolism ».

In fact, many have heard of this phenomenon. Maybe you’ve already chatted with (well-meaning) people telling you things like, « you are well aware that metabolism slows down with age, right? » , or « you should really double your daily dose of coffee, nothing like caffeine to boost your metabolism » 2.

But there are also many who have only a vague notion of what lies behind the term.

So what exactly is this « metabolism »? Does it really slow down with age? If so, how? What are the possible countermeasures?

Defining metabolism

Metabolism refers to the countless biochemical processes that allow us to exist and function normally.

It is in fact the balance (in theory perfect) between two major parts: anabolism (the synthesis of complex molecules from simpler molecules, « building up ») and catabolism (the degradation of complex molecules into simpler molecules, « breaking down »).

Anabolism is the part of metabolism in which our body is built or repaired (e.g. driving growth and mineralization of bones, or increases in muscle mass). It requires energy that ultimately comes from our food.

And that’s where catabolism comes into play: catabolic reactions break down food components (such as carbohydrates, proteins and fats) into their simpler forms, releasing energy and providing the basic building blocks needed for growth and repair.

In a “perfect” world, showcasing a « perfect » balancing act, our daily food intake would match what we need for daily anabolism.

Excess energy produced by catabolism, and not needed for anabolism, will mostly end up stored as body fat.

Basal metabolism and daily total energy expenditure

A very dangerous temptation is to avoid this fat storage by drastically « blindly » reducing food intake to limit catabolism.
The risk is to endanger our anabolic reactions: not being able to function normally or repairing our body is not a viable option. It is also counterproductive over time in terms of controlling your weight (the famous yo-yo effect).

The solution is to try first and foremost to get a good idea of ​​what our daily total energy expenditure (TEE) is.
This is the energy we consume over 24 hours (including physical activity) while maintaining our weight..

The daily TEE is made of 3 parts3 :

  • basal metabolic rate (BMR). This is the body’s minimum energy expenditure at rest. This includes the energy the body uses to keep vital functions going; for most people this represents 50-70% of the total energy expenditure.
  • thermogenesis. It is the energy expenditure corresponding to the digestion of food to transform it into simpler elements and to store it; it represents about 10% of the total energy expenditure.
  • energy expenditure linked to physical or intellectual activity, which varies greatly from person to person.

Once we know our TEE, we can ensure that our daily calorie intake does not exceed the calculated daily TEE.

Estimating this TEE is fairly straightforward using the Harris-Benedict equation. It calculates, quite reliably4, our BMR as a function of our height, weight, age and sex. A multiplicative factor corresponding to the activity level is then applied to obtain the TEE.

Estimating the TEE

The equation for calculating the BMR is different for men and women.
Here is the one for women:

BMR = 655 + ( 9.563 × weight in kg ) + ( 1.850 × height in cm ) – ( 4.676 × age in years )

But there are calculators online for almost immediate results..

To then obtain the TEE, you must apply an activity factor (from 1.2 if you are sedentary to 1.9 if you are extremely active).

Take the example of a 55-year-old woman, measuring 1.65 m, weighing 66 kg and practicing light physical activity, walking, twice a week (activity factor = 1.375):
her daily total energy expenditure is 1,825 kcal.
To maintain her weight, she will therefore need an intake of around 1,825 kcal per day.

« Slow » metabolism: countermeasures

BMR therefore plays a crucial role in our daily total energy expenditure.
The lower the BMR, the lower, for equal activity, the daily total energy expenditure. And therefore the more our calorie intake via food will have to be low to avoid weight gain.

The above equation clearly illustrates how the metabolism « slows down with age ». As we can see, BMR decreases by about 5 kcal per year.

In fact, our BMR drops by around 2% every ten years3.

To compensate for this drop in BMR, it is recommended, especially if you are sedentary or not very active, to play on the increase in physical activity.
In the example above, if the same woman went from light physical activity (activity factor = 1.375) to moderate activity (moderate physical activity 3 to 5 times per week, activity factor = 1.55), her TEE would increase to 2,057 kcal, or more than 230 kcal more per day.

And increasing your muscle mass allows you to increase your BMR: a lot of energy is spent on the maintenance of our muscles5.

In any case, regular and moderate physical activity (with endurance and strength training) is essential for the good health of postmenopausal women, in particular to fight against two of the greatest health risks associated with this period, osteoporosis and cardiovascular diseases.

But we should not neglect the role of thermogenesis either, even if it weighs much less than the BMR (and the daily activity) on the daily total energy expenditure. The impact is small but may be sufficient to help offset the age-related slowdown in BMR.

Thus eating more often (while keeping within the same daily amounts) is also a contributory factor to the increase in TEE, even if it remains marginal.

Moreover, ingesting 100 kcal does not have the same impact on thermogenesis depending on whether they come from lipids, carbohydrates or proteins. Digesting proteins will spend 20% to 30% of their caloric value; 5% to 10% for carbohydrates, and less than 5% for fat3.

It is not a question of doing without lipids but of respecting the recommended quantities and favoring the « good fat », extremely beneficial for postmenopausal women (including in terms of weight control by increasing lipolysis and decreasing lipogenesis).

Finally, still in the register of food, certain foods can help « boost your metabolism ».
Yes, the caffeine mentioned above is one of them6. But in the same vein, more effective and healthier, we should mention green tea6. Green tea, of which we can also recall another benefit for postmenopausal women, the contribution to the maintenance of higher levels of bone mineral density, key to fight against osteoporosis.

This overview of metabolism therefore shows that weight gain during menopause is not unavoidable. We have to admit however, that this requires a good dose of gymnastics, physical, but also intellectual!

Are you interested in the experiences of women at different stages of their menopause? Would you like a reminder of the physiology of menopause and the main symptoms? Download our free ebook, Menopause Story(ies).

1: on the other hand, there is a consensus on the fact that the distribution of fat mass changes at menopause, with an increase in intra-abdominal fat.
2: this last recommendation having been personally « offered » to the author of this article, which she listened to with some concern (or is it fear?) in light of her latest « excess coffee leading to tachycardia » experience.
3: source : Université Médicale Virtuelle Francophone (2010-2011): « La dépense énergétique ».
4: BMR can be influenced by other factors such as genetics or thyroid hormones, which the equation does not take into account. If necessary, it is advisable to prefer a medicalized approach to the estimation of BMR.
5: source : McPherron AC, Guo T, Bond ND, Gavrilova O. Increasing muscle mass to improve metabolism. Adipocyte. 2013;2(2):92-98. doi: 10.4161/adip.22500
6: source : Dulloo AG, Duret C, Rohrer D, Girardier L, Mensi N, Fathi M, Chantre P, Vandermander J. Efficacy of a green tea extract rich in catechin polyphenols and caffeine in increasing 24-h energy expenditure and fat oxidation in humans. Am J Clin Nutr. 1999 Dec;70(6):1040-5. doi: 10.1093/ajcn/70.6.1040.

Ménopause et métabolisme

Ménopause et métabolisme

Ménopause et prise de poids

La prise de poids est une problématique revenant de façon récurrente dans les propos de la plupart des femmes ménopausées, mais aussi de celles en période de péri ménopause.

Comme nous l’avons documenté dans une parution précédente « certaines études parlent d’une augmentation de 0,5 kg par an » en termes d’impact de la ménopause sur la prise de poids. Néanmoins, il y a débat sur le rôle réel que les changements hormonaux liés à la ménopause jouent dans la prise de poids constatée1. Il y a en revanche unanimité sur le rôle du « métabolisme ».

En fait, nombreuses sont celles ayant entendu parler de ce phénomène.
Peut-être avez-vous déjà discuté avec des personnes (bien intentionnées) vous disant des choses comme « tu es bien au courant que le métabolisme ralentit avec l’âge, non ? » ou encore « tu devrais vraiment doubler ta dose quotidienne de café, rien de tel que la caféine pour booster son métabolisme » 2.

Mais nombreuses aussi sont celles n’ayant qu’une vague notion de ce qui se cache derrière ce terme.

Alors qu’est-ce exactement que ce « métabolisme »? Ralentit-il vraiment avec l’âge? Si oui dans quelle mesure? Quelles sont les contre-mesures possibles ?

Définir le métabolisme

Le métabolisme désigne l’ensemble des réactions biochimiques qui nous permettent d’exister et fonctionner normalement.

Il s’agit en fait de l’équilibre (en théorie parfait) entre deux grandes voies : l’anabolisme (la synthèse de molécules complexes à partir de molécules plus simples) et le catabolisme (la dégradation de molécules complexes en molécules plus simples).

L’anabolisme est la part du métabolisme où notre organisme se construit et répare (permettant par exemple la croissance et la minéralisation des os, ou l’augmentation de la masse musculaire). Ces processus utilisent de l’énergie, qui en amont vient de la nourriture.

Et c’est là qu’intervient le catabolisme. Les réactions cataboliques dégradent les nutriments (tels que les différents carbohydrates, protéines et lipides) et les transforment en molécules plus simples, produisant de l’énergie et fournissant les briques de base pour développer et réparer notre organisme.

Dans un monde « parfait », notre alimentation journalière et les processus anaboliques s’équilibreraient quotidiennement.

L’excès d’énergie produit par le catabolisme et non utilisé par l’anabolisme finit essentiellement stocké sous forme de masse graisseuse.

Métabolisme basal et dépense énergétique journalière

Un très mauvais réflexe pour éviter ce stockage de graisse est de brutalement réduire « à l’aveuglette » l’apport en nourriture pour limiter le catabolisme.
Le risque est de mettre en danger nos réactions anaboliques : ne plus être capable de fonctionner normalement ou réparer notre organisme n’est pas une option viable. C’est également contre-productif sur la durée en terme de maîtrise de son poids (le fameux effet yoyo).

La solution est d’essayer avant toute chose d’avoir une bonne idée de ce qu’est notre dépense énergétique journalière (DEJ) totale.
C’est l’énergie que nous consommons sur 24 heures (activité physique comprise) tout en maintenant notre poids.

La DEJ est composée de 3 éléments3 :

  • le métabolisme basal ou de base (MB). C’est la dépense énergétique minimale de l’organisme au repos. Cela inclut l’énergie que l’organisme utilise pour maintenir en activité ses fonctions vitales ; pour la plupart des gens cela représente 50-70% de la dépense énergétique totale.
  • la thermogénèse. C’est la dépense énergétique correspondant à la digestion des aliments pour les transformer en éléments plus simples et les stocker ; elle représente environ 10% de la dépense énergétique totale.
  • la dépense énergétique liée à l’activité physique ou intellectuelle, qui varie fortement d’une personne à l’autre.

Une fois notre DEJ déterminée, nous pouvons veiller à ce que notre apport calorique journalier ne dépasse pas la DEJ calculée.

Estimer cette DEJ est assez simple en utilisant la formule de Harris-Benedict . Elle calcule, de façon assez fiable4, notre métabolisme basal en fonction de notre taille, poids, âge et sexe. Un facteur multiplicatif correspondant à l’activité est ensuite appliqué pour obtenir la DEJ.

Calculer sa DEJ

La formule de calcul du MB est différente pour les hommes et pour les femmes.
Voici celle pour les femmes:

MB = 655 + ( 9,563 × poids en kg ) + ( 1,850 × taille en cm ) – ( 4,676 × âge en années )

Mais il existe des calculateurs en ligne pour un résultat quasi immédiat.

Pour ensuite obtenir la DEJ, il faut appliquer un coefficient d’activité (de 1,2 si vous êtes sédentaire à 1,9 si vous être extrêmement active).

Prenons l’exemple d’une femme de 55 ans, mesurant 1,65 m, pesant 66 kg et pratiquant une activité physique légère, la marche, deux fois par semaine (coefficient d’activité = 1,375) :
sa dépense énergétique journalière est de 1 825 kcal.
Pour maintenir son poids, elle devra donc consommer environ 1825 kcal par jour.

Ralentissement du métabolisme et contre-mesures

Le MB joue donc un rôle crucial dans notre dépense énergétique journalière.
Plus le MB est faible, plus, à activité égale, la dépense énergétique journalière totale sera faible. Et donc plus notre apport calorique via l’alimentation devra être faible pour éviter la prise de poids.

La formule ci-dessus illustre de façon claire comment le métabolisme « ralentit avec l’âge ». En effet le MB diminue d’environ 5 kcal par année.

De fait le MB baisse d’environ 2% tous les dix ans3.

Pour compenser cette baisse du métabolisme basal, il est recommandé, surtout si l’on est sédentaire ou peu actif, de jouer sur l’augmentation de l’activité physique.
Dans l’exemple ci-dessus, si la même femme passait d’une activité physique légère (coefficient = 1,375) à une activité modérée (activité sportive modérée 3 à 5 fois par semaine, coefficient = 1,55), sa DEJ passerait à 2057 kcal, soit plus de 230 kcal de plus par jour.

Augmenter sa masse musculaire permet d’augmenter son MB : en effet les muscles dépensent beaucoup d’énergie pour leur entretien5.

En tout état de cause, une activité physique régulière et modérée (comprenant endurance et renforcement musculaire) est indispensable à la bonne santé des femmes ménopausées, notamment pour lutter contre deux des plus grands risques pour la santé associés à cette période, l’ostéoporose et les maladies cardiovasculaires.

Mais il ne faut pas non plus négliger le rôle de la thermogénèse, même si elle pèse bien moins que le MB (et l’activité journalière) sur la dépense énergétique totale. L’impact est faible mais peut être suffisant pour aider à contrebalancer le ralentissement du MB lié à l’âge.

Ainsi manger plus souvent (à quantités journalières égales) est aussi un facteur contributif à l’augmentation de la DEJ, même s’il reste marginal.

Par ailleurs, 100 kcal ingérées n’ont pas le même impact sur la thermogénèse selon qu’il s’agisse de lipides, glucides ou protéines. Digérer les protéines va dépenser 20% à 30% de leur valeur calorique; 5% à 10% pour les glucides, et moins de 5% pour les lipides3.

Il ne s’agit pas de se passer de lipides mais de respecter les quantités recommandées et de privilégier le « bon gras », extrêmement bénéfique pour la femme ménopausée (y compris en termes de maîtrise du poids en augmentant la lipolyse et diminuant la lipogenèse).

Enfin, toujours dans le registre de l’alimentation, certains aliments peuvent aider à « booster le métabolisme ».
Oui, la caféine évoquée ci-dessus en fait partie6. Mais dans le même registre, plus efficace et plus sain, on peut citer le thé vert6. Thé vert dont on peut également rappeler un autre bénéfice pour la femme ménopausée, la contribution au maintien de la densité minérale osseuse, clé pour lutter contre l’ostéoporose.

Ce tour d’horizon du métabolisme montre donc que la prise de poids à la ménopause n’est pas une fatalité. Reconnaissons néanmoins que cela demande une bonne de dose gymnastique, physique, mais aussi intellectuelle !

Vous êtes intéressée par l’expérience vécue par des femmes à des stades différents de leur ménopause? Souhaitez un rappel de la physiologie de la ménopause et des principaux symptômes ? Téléchargez notre ebook gratuit, Histoire(s) de ménopause.

1: il y a en revanche consensus sur le fait que la distribution de la masse graisseuse change à la ménopause, avec une augmentation de la graisse intra-abdominales.
2: cette dernière recommandation ayant été personnellement « offerte » à l’autrice du présent article, suscitant chez elle une inquiétude certaine à la lumière d’une expérience de tachycardie marquée au fer rouge dans sa mémoire.
3: source : Université Médicale Virtuelle Francophone (2010-2011): « La dépense énergétique ».
4: le MB peut être influencé par d’autres facteurs comme la génétique ou encore les hormones thyroïdiennes, ce dont la formule ne tient pas compte. En cas de nécessité, il est opportun de préférer une approche médicalisée de l’estimation du MB.
5: source : McPherron AC, Guo T, Bond ND, Gavrilova O. Increasing muscle mass to improve metabolism. Adipocyte. 2013;2(2):92-98. doi: 10.4161/adip.22500
6: source : Dulloo AG, Duret C, Rohrer D, Girardier L, Mensi N, Fathi M, Chantre P, Vandermander J. Efficacy of a green tea extract rich in catechin polyphenols and caffeine in increasing 24-h energy expenditure and fat oxidation in humans. Am J Clin Nutr. 1999 Dec;70(6):1040-5. doi: 10.1093/ajcn/70.6.1040.

Menopause quiz : the basics

Menopause quiz : the basics

When am I postmenopausal?
Do all women have hot flashes?
What are the health risks of menopause?

These « basic » questions are among those that each of us will have asked or will ask one day during our menopause journey.

Happy Half Hundred invites you to take stock of your knowledge with a return to fundamentals in 7 questions … and answers.

Let’s start !

Question 1

Ménopause quiz : les fondamentaux

Ménopause quiz : les fondamentaux

Quand suis-je considérée comme étant ménopausée?
Toutes les femmes ont-elles des bouffées de chaleur?
Quels sont les risques pour la santé de la ménopause?

Ces questions « de base » font partie de celles que chacune d’entre nous se sera posé ou se posera un jour lors de son parcours ménopause.

Happy Half Hundred vous propose de faire le point sur vos connaissances avec un retour aux fondamentaux en 7 questions …et réponses.

C’est parti !

Question 1

My menopause ABC: A…vocado

My menopause ABC: A…vocado

Skin health and menopause

One of the frequent symptoms associated with menopause is dry skin, or more generally the deterioration of the quality of the skin. Numerous studies have shown the link between the changes occurring during menopause (in particular hormonal changes) and this skin degradation1.

We will have the opportunity to come back in the future to the specifics in terms of causes and effects regarding the deterioration of the quality of the skin in postmenopausal women.
The purpose of this blog post is to look at possible solutions to improve skin quality, focusing on a food packed with nutrients allied with healthy skin (and much more), avocado.

Not just pleasing to the eye

Avocado is a fruit like no other:
Unlike most other fruits whose calories are derived primarily from carbohydrates, 100g avocado contains 15.4g of fat and only 8.6g of carbohydrate.

A real plus side, as our contemporary diet too often sins by consuming excess carbohydrates, with the associated inflammatory effects, factors of cell aging.

And the dietary fats in avocado are mostly the « good » type of fatty acids, unsaturated fatty acids.
Good for the heart … and for the skin2.

And let us note that the avocado is a worthy representative of the Happy Half Hundred community, since it only improves with age: the more the fruit ripens, the more the share of monounsaturated oleic acid increases and the more saturated fatty acids decrease.

Benefits for your health in spades

Going back to the quality of the skin, avocado is one of the few foods rich in both vitamin C and vitamin E, two antioxidants.
Consumption of vitamin C is recognized as a contributing factor to better skin quality. And the combination of vitamin C with vitamin E multiplies the positive effects3.

The benefits of making avocado a favorite on our menus don’t stop with improving skin quality. In fact, avocados offer nearly 20 different types of minerals and vitamins.

Rich in potassium and low in sodium, it is an ally against arterial hypertension.
It is also rich in magnesium, as well as vitamin B-6.

And thanks to their lutein and zeaxanthin content, avocados may also help prevent age-related eye dysfunction. An effect reinforced by the high content of unsaturated fatty acids.

Finally, to return to the 8.64 grams of carbohydrates per 100 grams of avocado mentioned above, 80% are in fact dietary fiber, known, among other health benefits, to help reduce blood sugar spikes.

A must-have on your plate

So if there is a fruit to bring back from each trip to the grocery store, and to put on our menu, it is our green friend the avocado:
for breakfast, replace your butter or margarine with fresh avocado, coarsely mashed with a fork;
at lunch, invite him as the guest star of your salad;
at dinner, impress your guests in two steps with half an avocado filled with salmon roe, lightly drizzled with lemon juice and topped with dill.

The number of possible recipes is almost unlimited!

Are you interested in the experiences of women at different stages of their menopause? Would you like a reminder of the physiology of menopause and the main symptoms? Download our free ebook, Menopause Story(ies).

1: source « Revisiting the effects of menopause on the skin: Functional changes, clinical studies, in vitro models and therapeutic alternatives » ; Mechanisms of Ageing and Development, Volume 185, 2020 ; https://doi.org/10.1016/j.mad.2019.111193.
2: studies show that reasonable dietary fats consumption helps improve skin elasticity, cf. « Association of dietary fat, vegetables and antioxidant micronutrients with skin ageing in Japanese women. » Br J Nutr. 2010 May;103(10):1493-8. doi: 10.1017/S0007114509993461.
3: source Oregon State University, Linus Pauling Institute, Micronutrient Information Center, « Vitamine C and Skin Health« 

Abécédaire de la ménopause: A…vocat

Abécédaire de la ménopause: A…vocat

Qualité de la peau chez la femmes ménopausée

L’un des fréquents symptômes associés à la ménopause est la sécheresse cutanée, ou plus généralement la dégradation de la qualité de la peau.
De nombreuses études ont montré le lien entre les changements survenant à la ménopause (en particulier hormonaux) et cette dégradation cutanée1.

Nous aurons l’occasion de revenir dans le futur sur les causes et effets spécifiques en terme de détérioration de la qualité de la peau chez la femme ménopausée.
Le propos du présent article est de s’intéresser aux solutions possibles pour améliorer la qualité cutanée, en s’arrêtant sur un aliment bourré de nutriments alliés d’une peau saine (et bien plus), l’avocat.

Les charmes de l’avocat

L’avocat est un fruit pas comme les autres:
contrairement à la majorité des autres fruits dont les calories dérivent principalement de glucides, 100 g d’avocat contiennent 15,4 g de lipides et seulement 8,6 g d’hydrates de carbone.

Or notre alimentation contemporaine pèche trop souvent par en excès de consommation de glucides, avec les effets inflammatoires associés, facteurs de vieillissement des cellules.

Et les matières grasses que contient l’avocat sont en majorité les « bons » acides gras, les acides gras insaturés.
Bons pour le coeur … et pour la peau2.

Et notons que l’avocat est un digne représentant de la communauté Happy Half Hundred, puisque qu’il ne fait que se bonifier avec l’âge : plus le fruit mûrit, plus la part d’acide oléique mono-insaturé augmente et plus les acides gras saturés diminuent.

Des bénéfices à la pelle

Pour revenir à la qualité de la peau, l’avocat est l’un des rares aliments riches à la fois en vitamine C et en vitamine E, deux antioxydants.
La consommation de vitamine C est reconnue comme étant un facteur contributif à une meilleure qualité de la peau. Et la combinaison de la vitamine C avec la vitamine E démultiplie les effets positifs3.

Les avantages de faire de l’avocat un favori de nos menus ne s’arrêtent pas à l’amélioration de la qualité de la peau. En effet les avocats offrent près de 20 différents types de minéraux et vitamines.

Riche en potassium et pauvre en sodium, c’est un allié contre l’hypertension artérielle.
Il est également riche en magnésium, ainsi qu’en vitamine B-6.

Et grâce à leur teneur en lutéine et en zéaxanthine, les avocats pourraient également aider à prévenir les dysfonctionnements oculaires liés à l’âge. Un effet renforcé par la haute teneur en acides gras insaturés.

Enfin, pour revenir aux 8,64 grammes d’hydrates de carbone pour 100 grammes d’avocat, 80% sont en fait des fibres alimentaires, connues, entre autres bénéfices pour la santé, pour contribuer à la réduction des pics de glycémie.

A mettre à toutes les sauces

S’il y a donc un fruit à ramener de chaque saut à l’épicerie, et à mettre à notre menu, c’est bien notre ami l’avocat :
au petit-déjeuner, remplacez votre beurre ou votre margarine par de l’avocat frais grossièrement écrasé à la fourchette ;
au déjeuner, invitez le comme la guest star de votre salade;
au dîner, impressionnez vos invités en deux temps trois mouvements avec un demi-avocat rempli d’œufs de saumon, légèrement arrosé de jus de citron et surmonté d’aneth.

Le nombre de recettes possibles est quasi illimité!

Vous êtes intéressée par l’expérience vécue par des femmes à des stades différents de leur ménopause? Souhaitez un rappel de la physiologie de la ménopause et des principaux symptômes ? Téléchargez notre ebook gratuit, Histoire(s) de ménopause.

1: source « Revisiting the effects of menopause on the skin: Functional changes, clinical studies, in vitro models and therapeutic alternatives » ; Mechanisms of Ageing and Development, Volume 185, 2020 ; https://doi.org/10.1016/j.mad.2019.111193.
2: les études montrent que la consommation raisonnée d’acides gras améliore l’élasticité de la peau, cf. « Association of dietary fat, vegetables and antioxidant micronutrients with skin ageing in Japanese women. » Br J Nutr. 2010 May;103(10):1493-8. doi: 10.1017/S0007114509993461.
3: source Oregon State University, Linus Pauling Institute, Micronutrient Information Center, « Vitamine C and Skin Health« 

From hot to cold and back: the joys of menopause

From hot to cold and back: the joys of menopause

Hot flashes

When women are asked what symptoms they associate with menopause, « hot flashes » (or vasomotor symptoms in general) come out on top, at least in Europe and the United States1.

These hot flashes affect 75-80% of women in peri or post menopause.
The majority (60%) experience them for less than 7 years, but some (15%) for up to 15 years or more2.

Everyone’s experiences vary in terms of frequency and duration of hot flash episodes.
A typical example is a feeling of getting hotter and hotter, with the face on fire and the onset of sweating, the feeling of being cramped in one’s own body. 30 seconds, a minute later it’s already over, gone away as suddenly as it came.

Hormonal imbalance

For peri or postmenopausal women, these moments, however brief, are not only very unpleasant, but can penalize private and professional life.
A hot flash « crisis » in the middle of a negotiation meeting or in the middle of a key presentation has real destabilizing potential.
As for night sweats, they not only penalize the essential restorative sleep, but can affect the relationship with your partner.

The cause of vasomotor disorders is the hormonal imbalance associated with the transition period of menopause. However, the exact way in which hormonal changes trigger these symptoms is not known.

And this may be the reason why there is no consensus on how to manage them or their treatment.

Possible answers

Hormonal therapy would theoretically be the most effective treatment for moderate to severe cases, but some women may not be good candidates due to their medical history, or are reluctant to face the associated risks.

A classic recommendation in the general literature on the subject is to avoid triggers: alcohol, spicy food, hot drinks, etc. However, this goes against the results of clinical studies.

Likewise, the benefit of exercising for alleviating hot flashes is the subject of debate. When one study champions its effectiveness in dealing with hot flash episodes, another says it makes no difference

Some studies speak of the potential benefits of foot reflexology, others of certain plants (evening primrose oil, for example). But they remain to be confirmed.

One thing is certain, with the (growing) number of women entering menopause, the potential of the market for the treatment of vasomotor disorders does not leave many pharmaceutical companies indifferent. A « miracle solution » in the not too distant future is therefore not completely to be ruled out.

However, to date there is no definitive answer off the shelf, and each individual case requires its own approach, to be discussed with your doctor.

Are you interested in the experiences of women at different stages of their menopause? Would you like a reminder of the physiology of menopause and the main symptoms? Download our free ebook, Menopause Story(ies).

1: source Prevalence of hot flushes and night sweats around the world: A systematic review. Climacteric : the journal of the International Menopause Society. 10. 197-214. 10.1080/13697130601181486.
2: source Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada

Chaud-froid : les joies de la ménopause

Chaud-froid : les joies de la ménopause

Bouffées de chaleur

Lorsque l’on interroge les femmes sur les symptômes qu’elles associent à la ménopause, les « bouffées de chaleur » (ou symptômes vasomoteurs en général) arrivent en tête, du moins en occident1.

Ces bouffées de chaleur touchent 75-80 % des femmes en péri ou post ménopause.
La majorité (60%) les subit pendant moins de 7 ans mais certaines (15%) jusqu’à 15 ans ou plus2.

Les expériences de chacune varient en terme de fréquence et de durée des épisodes.
Un exemple typique est une sensation d’avoir de plus en plus chaud, avec le visage en feu et un début de transpiration, la sensation d’être à l’étroit dans son propre corps. 30 secondes, une minute après, c’est déjà fini, reparti aussi soudainement que cela était venu.

Dérèglement hormonal

Pour les femmes ménopausées, ces moments, même brefs, sont non seulement très désagréables, mais peuvent pénaliser la vie privée comme professionnelle.
Une « crise » de bouffées chaleur en pleine réunion de négociation ou en pleine présentation clé a un vrai potentiel déstabilisant.
Quant aux sueurs nocturnes, elles non seulement pénalisent l’indispensable sommeil réparateur, mais peuvent affecter la vie de couple.

La cause des troubles vasomoteurs est le dérèglement hormonal associé à la période de transition qu’est la ménopause. En revanche, la façon exacte dont les changements hormonaux déclenchent ces symptômes n’est pas connue.

Et ceci explique peut-être la raison pour laquelle il n’y a pas consensus sur les façons de les gérer ou leur traitement.

Quelles solutions ?

Le traitement hormonal de la ménopause serait en théorie le moyen le plus efficace pour les cas modérés à sévères, mais certaines femmes ménopausées ne peuvent pas y être candidates pour des raisons d’antécédents médicaux, ou sont réticentes face aux risques associés.

Une recommandation classique de la littérature généraliste sur le sujet est d’éviter les éléments déclencheurs: alcool, nourriture épicée, boissons chaudes etc …Cependant cela serait en contradiction avec les résultats d’études cliniques.

De même le sport fait débat. Lorsqu’une étude déclare son efficacité face aux « crises » de bouffées de chaleur, une autre affirme qu’il n’en est rien!

Certaines études parlent des bénéfices potentiels de la réflexologie plantaire, d’autres de certaines plantes (huile d’onagre par exemple). Mais elles restent à confirmer.

Une chose est certaine, avec le nombre (croissant) de femmes concernées, le potentiel du marché du traitement des troubles vasomoteurs ne laisse pas les laboratoires pharmaceutiques indifférents. Une « solution miracle » dans un futur pas trop éloigné n’est donc pas complètement à écarter.

Il reste néanmoins qu’à ce jour il n’y a pas de réponse définitive sur étagère, et chaque cas individuel demande une approche qui lui soit propre, à discuter avec son médecin.

Vous êtes intéressée par l’expérience vécue par des femmes à des stades différents de leur ménopause? Souhaitez un rappel de la physiologie de la ménopause et des principaux symptômes ? Téléchargez notre ebook gratuit, Histoire(s) de ménopause.

1: source Prevalence of hot flushes and night sweats around the world: A systematic review. Climacteric : the journal of the International Menopause Society. 10. 197-214. 10.1080/13697130601181486.
2: source Journal d’obstétrique et de gynécologie du Canada